Chinafrique : « Ni colonisation, ni gagnant-gagnant »

INTERVIEW – Philippe Hugon est Directeur de recherche en économie et en politique internationale à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Il est aussi Professeur émérite, agrégé en sciences économiques et consultant pour de nombreux organismes internationaux et nationaux d’aide au développement (Banque mondiale, BIT, Commission européenne, OCDE, Ministère des Affaires étrangères).

Peut-on parler de colonisation économique de la part de la Chine ?

P.H : Le terme de colonisation est un peu fort. Il y a indéniablement une sorte de relation postcoloniale puisque pour l’instant l’Afrique n’exporte que des produits primaires vers la Chine et que la chine passe des accords qui ne sont jamais totalement transparents et surtout, qui ne respecte que peu les normes sociales et environnementales. On a donc une relation qui n’est pas du « win-win » (gagnant-gagnant) comme les chinois le disent mais on ne peu pas parler pour autant de colonisation.

Et de « Chineafrique » ?

P.H : Alors que la France perdait de son influence sur le continent Africain, la Chine elle, y diversifiait ses activités. Il y a donc eu une sorte de rééquilibrage. Le terme de Franceafrique est par ailleurs ambiguë mais on peut parler de Chinafrique comme de relations privilégiées. Cependant lors de la Franceafrique ce n’était pas les mêmes réseaux qui fonctionnaient. Par ailleurs la Chine n’entretient pas non plus les mêmes relations avec l’Afrique que la France qui était une ancienne puissance coloniale.

Quelles justifications la Chine donne-t-elle à son fort intérêt pour l’Afrique ?

P.H : La Chine a absolument besoin des ressources du sous-sol, elle a besoin de pétrole, d’hydrocarbures, elle a besoin de produits minéraux. Elle a aussi besoin de s’étendre en tant que puissance impérialiste car la Chine est devenu, après avoir été continentale une puissance impérialiste comme les autres puissances capitaliste. Elle a donc besoin de s’étendre. L’Afrique fait parti de son extension territoriale par sa population car un million de chinois se trouvent actuellement en Afrique. Elle est aussi très présente par la vente d’armes et par le soutient de régime tel que ceux de Mugabe, Béchir ou Camara. Elle est donc dans une logique que l’on peut qualifier en partie d’impérialiste.

Comment réagissent les Etats africains ?

P.H : Les Etats Africains sont plutôt favorables à cette implantation car elle leur donne une certaine forme d’indépendance vis-à-vis des puissances occidentales ainsi que des ressources financières. Les populations y gagnent puisque les chinois goudronnent les routes, construisent des chemins de fer, vendent des produits bon marchés qui sont parfois certes de mauvaises qualités mais qui permettent à des catégories pauvres d’avoir des produits auxquelles ils ne pourraient pas accéder. De l’autre coté c’est un manque de transparence, c’est le rachat de terres car la Chine en a besoin pour son élevage. Elle produit aussi des protéines animales et des céréales pour nourri ces derniers, mais aussi parce qu’elle vise vraisemblablement la production d’agro carburants.

Quelles réactions l’occident peut elle avoir ?

P.H : C’est compliqué. Mais l’occident ne doit surtout pas se retirer. Il faudrait aussi théoriquement que l’Union européenne (UE) en tant que tel deviennent une puissance politique et militaire et que la question de la sécurisation militaire ne soit pas que celle des pays comme la France et qu’il y ait un transfert du dispositif militaire de sécurité vers l’UE mais ce n’est pas possible car beaucoup ne veulent pas d’une « Europe puissance ». Beaucoup de pays européens ne tiennent pas non plus à se lancer dans le bourbier africain et à être présent militairement notamment les pays d’Europe de l’est. Sur ce sujet l’Europe est très absente et les seuls pays européens présent sont la France, la Grande-Bretagne, un peu l’Allemagne et la Suède. Mais la plupart des pays sont très retissant à faire contre poids à la Chine. De facto le seul équilibrage actuellement vient principalement des Etats-Unis pour qui l’Afrique est stratégique. Ils ont ainsi mis en place l’AFRICOM (Commandement militaire des Etats-Unis pour l’Afrique). Ce sont donc eux qui sont de plus en plus présent militairement.

En plus de l’armement, y a-t-il d’autre participation de la Chine dans les conflits du Soudan, du Zimbabwe et du Rwanda ?

P.H : La politique de la Chine a toujours été de se positionner des lors qu’un pays était au banc de la communauté internationale et des puissances occidentales. Elle a donc été un appuie très fort à Omar El Béchir, à Mugabe et il semble qu’elle soutienne Camara en Guinée. Pendant longtemps la Chine a refusé que le conseil de sécurité vote une intervention militaire des nations Unies au Darfour. Elle a infléchit sa position puisqu’aujourd’hui il y a des forces des nations unies. La Chine a un jeu de puissance qui intervient aussi parce qu’elle entraine des armées ou parce qu’elle vend des armes.

La Chine commence à s’impliquer dans les missions de maintient de la paix en Cote d’Ivoire, au Liberia et en RDC notamment, comment expliquer ce changement de comportement ?

P.H : Il y a deux raisons. La première c’est que la Chine est une puissance économique, une puissance politique et donc une puissance militaire. Elle étend son influence en tant que puissance elle est notamment concernée par la sécurisation des routes maritimes le long des cotes somaliennes et elle est concernée par la sécurité de ses ressortissants lorsqu’il y a des kidnappings. La Chine veut aussi la sécurité. Ils agissent donc comme une puissance ayant des intérêts et veulent bien sur les défendre.

Article réalisé dans le cadre d’un magazine étudiant

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s